Massage classique/massage sexuel

Un petit mot afin de clarifier le propos.

Je pratique le massage californien (mais aussi d’autres plus complexes). La personne est nue, totalement: il s’agit de relier la partie basse du corps (membres inférieurs) et haute, aussi une « frontière » créée par un slip fait office d’obstacle et amoindrit les effets du massage. Dans le cadre de massages en milieu naturiste, je pratique nu également, dans un sens d’égalité masseur/massé(e). C’est un excellent massage, pour moi le plus relaxant!

Force m’est de constater que de nombreuses personnes en ressortent pourtant frustrées… En réalité, on pratique habituellement le massage en ignorant les signes envoyés par le corps de la personne: érection, humidité… Souvent, le massé lutte contre ces manifestations, ce qui crée une tension et la personne ne parvient pas au détachement. Pourtant, le corps s’exprime! Faire comme si de rien n’était est assez hypocrite et, surtout, nuit à l’efficacité globale de l’opération. La tension bloque la circulation fluide de l’énergie. Au bout du compte, le massage aura fait du bien, mais n’aura pas libéré la personne massée en totalité.

Ce n’est pas le cas de tout le monde, loin s’en faut! Mais, dans ces cas où l’énergie sexuelle demande à être prise en compte, j’estime que cette demande doit être satisfaite, le sexe ou/et les orifices manipulés, au moins avec les mains, parfois plus: le rapport masseur/massé(e), s’il reste professionnel, s’amplifie dans les possibilités que s’offrent les deux protagonistes. Le masseur se tient toujours à disposition et à l’écoute du corps de l’autre.

Une fois cette énergie sexuelle évacuée, un fois le corps entièrement relâché, le massage atteint enfin son but. Le massage du visage vient en conclusion.