Sport

Sport

Le surplus d’acides induit une diminution de l’activité cellulaire, provoque des inflammations. Il diminue le rendement physique et empêche une bonne récupération. Une bonne récupération, systématique et sérieuse, permet d’éliminer la plus grande partie de l’acide lactique.

Il faut savoir que l’acide urique provient de la digestion des purines présentes dans les protéines animales. La substance passe ensuite dans le sang et là tout est question de concentration. En dessous de 70 milligrammes par litre, l’acide urique est majoritairement évacué par les urines. Au-delà de 70 mg/l, il arrive qu’il « précipite » et forme des petits cristaux à l’origine de terribles poussées inflammatoires. On parle communément de « crises de goutte » pour les douleurs de type articulaire. Mais les muscles aussi souffrent d’une accumulation d’acide urique: claquages, tendinites. Enfin, il faut craindre la formation de calculs rénaux ou urinaires. Chose curieuse: on trouve 4 à 5 fois plus de ces fameux calculs parmi les marathoniens que dans la population générale. Pourquoi?

L’explication de ce phénomène doit être recherchée dans la déshydratation qui caractérise souvent l’entraînement ou la compétition. Les concentrations sanguines d’acide urique augmentent ainsi à l’issue d’une longue sortie à vélo sous le soleil. La répétition d’efforts courts et intenses tire également ces taux vers le haut. On a enregistré d’impressionnantes poussées acides sur des sprinters en phase d’entraînement intensif. Dans des disciplines d’équipe comme le football ou le rugby, certains joueurs paient encore le prix d’une alimentation trop riche en protéines, trop pauvre en glucides ou trop arrosée lors des fameuses troisièmes mi-temps. Or, l’alcool favorise la déshydratation. Enfin, la prise préventive d’aspirine à l’effort contribue, elle aussi, à une augmentation du taux d’acide urique.

Le nettoyage du corps améliore la performance et la récupération. Pourquoi ? Parce que ce massage permet de purger totalement l’organisme de tous les toxiques, pas seulement l’acide urique ou lactique ; parce qu’il revitalise toutes les fonctions, en particulier musculaires et énergétiques. A ce titre, il peut être pratiqué avant l’effort (2 à 3 jours), comme immédiatement après. Le massage des points principaux est généralement suffisant, pour une séance d’une vingtaine de minutes seulement. Il peut être très utile lors d’efforts à répétition (compétitions quotidiennes ou multi-quotidiennes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *